-  LES ESPECES DE LA FLORE FRANCAISE  -

 

   Il existe trois espèces à fleurs vertes et une à fleurs blanches dans la flore française.

   Helleborus viridis et Helleborus foetidus sont très faciles à observer dans la région. La première se trouve facilement dans les forêts de hêtres de la Montagne Noire et bien entendu dans les Pyrénées, la seconde est une plante de climat plus méditerranéen que l’on rencontre en allant par exemple vers Carcassonne (toutes deux se rencontrent en Tarn et Garonne).
   Elles poussent à l’ombre et peuvent être introduits dans les jardins facilement. Helleborus foetidus présente l’avantage de pousser relativement bien à l’ombre sèche, ce cauchemar du jardinier, et de fleurir quand peu de plantes sont encore en fleurs.

   La troisième espèce est une plante endémique corso-sarde, elle s’est longtemps appelée Helleborus corsicus, mais son nom correct est maintenant Helleborus argutifolius. C’est la plus belle des trois, avec des fleurs vert-chartreuse, et un splendide feuillage persistant. Chaque feuille est découpée en 3 segments bordés de dents. C’est une espèce qui supporte bien le soleil, au moins une partie de la journée.

 
      Enfin la dernière espèce, la véritable rose de noël à fleurs blanches, Helleborus niger, pousse dans les Alpes, mais son aire de répartition s’étend jusqu’en Roumanie.
Le terme niger (noir) fait référence aux racines brunes (qui noircissent quand on les met en herbier) et non pas à la couleur des fleurs.

   Parmi ces espèces, seules Helleborus argutifolius et Helleborus foetidus ont des tiges véritablement développées qui portent les feuilles et une floraison terminale, alors que pour les deux autres espèces les feuilles partent pratiquement de la base de la plante, ainsi que les inflorescences.

   Avant de s’appeler Helleborus argutifolius ou même Helleborus corsicus, l’hellébore de Corse s’appelait Helleborus lividus subsp. corsicus, le binôme Helleborus lividus est maintenant réservé à l’hellébore des Baléares à fleurs roses, dont le feuillage bien que plus réduit est encore plus spectaculaire que celui de celle de Corse, mais cette espèce a un gros défaut, elle n’est pas très rustique.

 

 A suivre... Helleborus orientalis ou Helleborus x hybridus →