Imprimer

Formes et Couleurs

 


  -  FORMES ET COULEURS  -

   Durant ces 25 dernières années un certain nombre d’horticulteurs passionnés se sont donc lancés dans l’aventure et les développements ont été spectaculaires. Je ne les raconterai pas ici en détail, il existe de très bons ouvrages qui retracent à la fois la démarche des pionniers qui ont défriché le terrain comme celle des développeurs qui ont incroyablement élargi la gamme des plantes disponibles.   

   Je vais plutôt m’attacher aux résultats et essayer de résumer l’éventail de formes et les couleurs maintenant disponibles. 
 


    
  

   Il existe 3 formes principales, les hellébores à fleurs simples, à fleurs d’anémones et à fleurs doubles.

 - Les formes simples ont 5 sépales (14).

   Leurs nectaires sont intacts et peuvent être verts (15), c’est la coloration la plus fréquente, pourpres (16), ou dorés (17).

 - Les fleurs doubles ont leurs nectaires entièrement transformés en pétales (19) et chez les fleurs d’anémones ces nectaires sont modifiés en une simple collerette autour des étamines (20).
   Ces fleurs d’anémones peuvent être obtenues en croisant une simple et une double, mais comme le précise Thierry Delabroye, les plantes obtenues sont surtout des simples et quelques rares « anémones ». Dans ces deux derniers cas les pétales tombent quand la fleur se fane. Il existe plusieurs graduations dans ces états les doubles peuvent avoir des pétales assez étroits mais la mode tend vers des pétales de plus en plus larges.


    La seconde révolution, après les doubles et les anémones, a été celle de la couleur.
On trouve maintenant des teintes très foncées du noir profond et du bleu ardoise, ainsi que des pourpres très sombres.
    
    Les fleurs noires tirent en général vers le rouge ou le violet, en simple ou en double (21). L’hellébore bleu est, comme le dahlia bleu, un rêve pour l’instant inaccessible, mais ils naîtront peut être un jour des « ardoisés » (22). Tout comme le vrai bleu le véritable rouge vermillon n’existe pas encore, mais on a des tons qui sont très proches du rouge, comme cette fleur qui tire un peu sur le brique (23) ou ce bordeaux sombre (24).

                                                
    Toute la gamme du violet le plus sombre au rose le plus clair existe en passant par tous les tons de pourpre, avec une infinité de nuances, en simples ou en doubles (25 & 26). 

      
    Dans un jardin les fleurs blanches (27) tout comme les vertes (29) ou celles qui tirent sur le jaune sont particulièrement décoratives (photo 30) car elles ressortent bien sur le feuillage. Les couleurs les plus difficiles à obtenir sont les pêches (photos 31) dont je possède un exemplaire assez pâle, et les orangés que je ne possède pas.

    

     Les nuances de l’ornementation sont presque infinies : pointillés s’arrêtant juste avant le bord du sépale (25) ou traits pointillés au coloris plus sombre (32), macules rouges éclairant le cœur de la fleur (33) ou larges taches occupant pratiquement les ¾ du sépale (34). Les nervures des pièces florales forment parfois des veinures qui contrastent avec le reste de la fleur. Les veines blanches sur un fond plus sombre sont assez rares et il faut être très attentif pour les remarquer (35).

      

     La plupart des hellébores conservant des fleurs légèrement penchées vers le sol il faut les relever pour apprécier toute l’intensité de leurs coloris, mais on ne peut jamais ignorer les veines sombres sur une plante claire (36). Ce type de ligne plus sombre à la lisère des sépales ou des pétales est la caractéristique des fleurs dites picotés. Plusieurs caractéristiques peuvent se combiner comme pour cette fleur mauve à la fois striée et picotée de violet et dont les veines du revers des pièces florales offrent également un joli contraste (37).

    Les picotées ont souvent de très grandes fleurs comme sur cette pourpre picotée (38).
    La couleur des anthères des étamines, habituellement jaune pâle, peut varier et s’assombrir comme pour ces deux doubles (photos 27 & 38) et virer au noir.

    Il existe aussi une certaine variation dans la période de floraison. Normalement les hellébores commencent à fleurir en janvier février dès que la température se radoucit et jusqu’en mars avril pour les plus tardives, mais ce ne sont pas à proprement parler des roses de Noël.

  

A suivre... Culture →